HOME PAGE   BASILICA MARIA AUSILIATRICE  |  SAN GIOVANNI BOSCO  |  CAPPELLA PINARDI  |

 S. FRANCESCO DI SALES CAMERETTE DON BOSCO A.D.M.A. | RIVISTA MARIA A. C. S. D. M.| INFO   VALDOCCO

      LA CHAPELLE DU SACRE COEUR

Au fond à gauche, en entrant dans le Sanctuaire, se trouve la Chapelle du sacré-Cœur. Petite, jolie, elle est apte au recueillement et à la prière. En effet, on peut souvent y trouver des pèlerins en prière.

               Pourquoi le Sacré-Cœur ?

A cause de la grande dévotion que Don Bosco avait pour lui.

Il a lui-même écrit qu'après les révélations à Sainte Marguerite Alacoque " des ecclésiastiques et des laïcs ont acquis cette dévotion dans un élan spectaculaire, puisqu'elle correspondait à un besoin pressant du cœur ".

Cette dévotion de Don Bosco au Sacré-Cœur est témoignée par le Père Barberis sdb, qui a aussi écrit :

" La dévotion de Don Bosco au Sacré-Cœur de Jésus était admirable. Il la conseillait beaucoup à ses jeunes … "

Cet amour et cette dévotion, il les a montrés en faisant bâtir, vers la fin de sa vie et grâce à de nombreux sacrifices et humiliations, la Basilique du Sacré-Cœur près de la Gare " Termini " de Rome.

    LE REVE DES DEUX COLOMNES...

Au fond de la Basilique, on peut admirer deux tableaux qui représentent:

     le rêve du radeau et celui des deux colonnes.

Un 30 mai, Don Bosco a raconté qu'il avait vu en rêve une terrible bataille maritime, déclanchée par une multitude d'embarcations, petites et grandes, contre un seul navire, Symbole de l'Eglise.

Le navire plusieurs fois atteint mais toujours victorieux, était guidé par le Pape pour s'encrer entre deux colonnes, sorties de la mer.

La première avait à son sommet une grande Hostie avec l'inscription "Salus credentium " l'autre, plus basse, la statue de l'Immaculée et les mots " Auxilium Christianorum ".

Le rêve du radeau a été raconté par Don Bosco en 1866: poussés par une inondation épouvantable, les jeunes, pour le sauver, sont montés avec Don Bosco sur un radeau, et ils ont vu dans le ciel un mot mystérieux " Medoum "que le Saint expliquait ainsi: " la Mère et Notre-Dame de l'Univers, Marie ". Le radeau est arrivé près d'un lieu sûr, et la Vierge Marie a dit à ses jeunes:

 "Si vous êtes mes fils dévots, je serai votre Mère aimante".

     LA CRYPTE OU CHAPELLE DES RELIQUES

En arrivant par l'entrée principale, à droite, un escalier conduit à la Crypte ou

                "Chapelle des Reliques".

Avec une nef unique en croix latine, elle rappelle dans ses motifs ornementaux et ses symboles, les catacombes chrétiennes.

Un autre lieu important est la petite chapelle dédiée à la Vierge, appelée communément " Chapelle de l'Apparition ", du rêve de 1845 rappelé par Don Bosco :

" Il me semblait être dans une grande plaine où se trouvait une quantité innombrable de jeunes. Je vis à côté de moi une Dame qui me dit :

"En ce lieu, où les glorieux Martyrs de Turin Adventeur, Soluteur et Octave ont souffert leur martyre, sur ces terres qui ont été baignées et sanctifiées par leur sang

Et moi, je veux que Dieu soit honoré d'une façon toute spéciale

Tout en parlant, elle a avancé un pied en le posant là où avait eu lieu le martyre, et elle me l'a indiqué avec précision ".

Ce lieu est marqué sur le sol d'une croix de métal doré.

 

 L'AUTEL DU BIENHEUREUX MICHEL RUA

Il renferme les dépouilles mortelles du Bienheureux.

Michel RUA est né tout près de Turin-Valdocco.
A l'âge de huit ans, il a rencontré Don Bosco et lui a demandé une petite image. Le Saint a fait le geste de couper sa main en deux, en disant à l'enfant:

" Prends, Michel, prends : nous partagerons toujours tout ".

Il avait vu juste:

Don Rua sera son collaborateur le plus fidèle, et son premier successeur à la tête des Salésiens.

Michel Rua était un travailleur infatigable et l'organisateur génial de la jeune Société salésienne.
Don Bosco disait de lui:

" Si j'avais dix Don Rua, j'irais à la conquête du monde ".  Et encore : " Don Rua, s'il le veut, peut faire des miracles. Si je voulais montrer en lui un point de vertu moins parfait je ne le pourrais pas, parce que je n'en trouverais aucun ". Michel Rua était un grand travailleur et un grand Saint, comme Don Bosco. Il a été déclaré Bienheureux par Paul VI, le 20 octobre 1972.

     L'AUTEL DU BIENHEUREUX PHILIPPE RINALDI

Cet autel contient les dépouilles mortelles du Bienheureux.

Philippe RINALDI a été le troisième successeur de Don Bosco, à la tête de la Société Salésienne.
Comme Michel Rua, Philippe a connu Don Bosco tout petit, mais il ne s'est laissé conquérir par lui qu'à l'âge de 21 ans.

Don Rinaldi est considéré comme le fondateur de l'œuvre salésienne en Espagne et au Portugal. Il a été aussi le fondateur, génial pour l'époque, de l'Institut Séculier des

                      VOLONTAIRES DE DON BOSCO.

C'était un homme d'une profonde piété, d'intense vie intérieure et de grande dévotion filiale à Marie Auxiliatrice. Une pensée spirituelle écrite à ses Filles V.D.B. :

" Qu'est-ce que vous devez faire pour avoir la vie ? D'abord, priez pour avoir chaque jour la force d'âme et porter votre croix, comme le Seigneur vous l'a enseigné. C'est la première chose que vous devez faire. Faites bien le travail propre à chacune et à votre état, comme Dieu le veut, dans votre condition. Tout cela selon l'Esprit du Seigneur et de Don Bosco. "
Il a été déclaré Bienheureux par Jean-Paul II, le 29 avril 1990.

         LES SAINTS SALESIENS PROTOMARTYRS :

 Mgr LOUIS VERSIGLIA et DON CALLIXTE CARAVARIO

Louis VERSIGLIA est né à Oliva Gessi (Pavie) en 1873. A 12 ans il est allé étudier au Valdocco, en se promettant bien de ne jamais être prêtre. Mais la grâce de Dieu, l'ambiance chargée de piété et d'enthousiasme missionnaire, plus l'attrait de la sainteté de Don Bosco, ont transformé l'âme du jeune homme.
Il l'avait un jour entendu lui dire :
" Viens me rendre visite. J'ai quelque chose à te dire ".
La rencontre n'a jamais eu lieu, à cause du décès de Don Bosco.
Louis a cependant été conquis par Don Bosco. C'est pour cela qu'une fois ses études terminées, il a demandé de rester simplement avec Don Bosco, avec dans le cœur le secret espoir de partir avec lui en tant que missionnaire.

Louis a fait ses études de philosophie et de théologie à Rome. Mais en même temps, il avait une activité de catéchèse au Sacré-Cœur, près de la gare "Roma Termini ".
Devenu enseignant et assistant des novices à Foglizzo de Turin, il a toujours été un excellent formateur
et un ami pour tout le monde.
A 33 ans, il est parti pour la Chine, en tant que responsable d'un petit groupe de salésiens.
En 1920, Don Louis VERSIGLIA été consacré évêque, et nommé Vicaire Apostolique de Schiu-Chow. C'est là qu'en 1929, Mgr VERSIGLIA a ordonné prêtre salésien, Callixte CARAVARIO.

Callixte CARAVARIO, né à Cuorgné, près de Turin, a étudié lui aussi à Turin-Valdocco.
En 1922 il y a rencontré Mgr VERSIGLIA et lui a promis :
" Je vous suivrai en Chine ".

Ce qui s'est réalisé… Le 23 février 1930, ils sont partis ensemble pour un long voyage apostolique. Mais, deux jours après, ils ont trouvé la mort, de la main des communistes.
Ils ont été tués parce que missionnaires catholiques, qui prêchaient l'Evangile de Jésus, et aussi parce qu'ils avaient pris la défense de jeunes filles catéchistes qui voyageaient avec eux, et qui risquaient d'être soumises à l'esclavage.
Ces deux martyrs salésiens sont morts à cause de leur foi en Jésus-Christ et aussi pour avoir protégé la " dignité de l'homme ".
Le Pape Jean-Paul II les a déclarés Saints, à Rome, le 1° octobre 2000, année Jubilaire. Leur fête est célébrée le 13 novembre.

 LA SACRISTIE DE LA BASILIQUE

Comme tout sanctuaire, la basilique de Marie Auxiliatrice possède une grande sacristie, à côté de la galerie située derrière l'autel majeur.

Elle n'est pas seulement grande et spacieuse, mais elle est aussi fonctionnelle, tout spécialement lors de grandes cérémonies, lorsqu'il y a beaucoup de prêtres.
Elle possède deux accès au Sanctuaire, qui rendent plus aisés les services religieux.

En plus de placards pour les ornements sacrés, il y a des stalles contre le mur adossé au Sanctuaire. Elégantes dans leur simplicité et très fonctionnelles, elles offrent aux prêtres la possibilité de célébrer la Messe. Elles sont parfois utilisées comme confessionnaux à la disposition des fidèles qui arrivent dans la sacristie pour des renseignements ou des entretiens spirituels. Le sol et les socles des colonnes sont en marbre. Il y a aussi un lavabo en marbres spéciaux. La sacristie est enrichie de tableaux intéressants, du peintre Crida, qui représentent des scènes de la vie de Don Bosco. Ils donnent l'impression de voir encore le Saint qui se promène dans son sanctuaire de Marie Auxiliatrice à Turin-Valdocco.

  En voici une brève présentation :

 1 - Le premier tableau:

représente le petit Jean Bosco catéchiste, près de sa pauvre maison natale.

Il est assis sur une corbeille, entouré de camarades, qui écoutent attentivement ses paroles, après avoir été animés par lui.

Don Bosco dira plus tard que la Congrégation Salésienne se fonde sur le catéchisme

2 - Le deuxième tableau:

représente la scène de la rencontre entre Don Bosco et l'orphelin Barthélémy Garelli, dans la sacristie de l'église Saint François d'Assise à Turin.

Cette rencontre a eu lieu le 8 décembre 1841 et a marqué le début de sa mission d'apôtre des jeunes à Turin et dans le monde entier.

3 - Le troisième tableau:

représente le chien " Grigio ", qui est apparu plusieurs fois dans la vie de Don Bosco, lorsqu'il était menacé de mort par ses ennemis..

Et le mystérieux " Grigio " le sauvait.

On ne doute pas de l'existence du " Grigio ", parce qu'il a été vu par des témoins, tels que maman Marguerite.
Par contre, on se demande encore quoi ou qu'est-ce que ce chien pouvait représenter.

4 - Dans le quatrième tableau:

on voit Don Bosco qui écoute les confessions de ses garçons. Il soulignait l'importance du Sacrement de Réconciliation.

Il le considérait comme l'une des colonnes de la formation chrétienne des jeunes (avec l'EUCHARISTIE et la dévotion à MARIE AUXILIATRICE).

Le garçon qu'il confesse là, c'est Paul Albera, qui deviendra son successeur après Don Michel RUA.

5 - Le cinquième tableau :

représente Don Bosco au milieu de ses jeunes, qui le regardent avec affection, en l'écoutant attentivement.

Derrière lui se trouve le premier bâtiment érigé au Valdocco.
Le 31 janvier 1988, lors du premier centenaire de sa mort, le Pape Jean-Paul II a proclamé Don Bosco,

" Père et Maître
de la Jeunesse "
.

Don Bosco est de manière très élevée l'exemple d'un amour préférentiel pour les jeunes, particulièrement pour les plus nécessiteux, pour le bien de l'Eglise et de la Société.

6 - La dernière peinture:

représente Don Bosco, qui rentre au Turin-Valdocco, y amenant Maman Marguerite, le 3 novembre 1846.

Elle l'a aidé pendant 10 ans dans sa mission, en restant avec lui, en lui donnant des conseils et du courage,

en étant une mère pour les premiers garçons qu'il avait recueillis dans la pauvre maison Pinardi.

Le procès de béatification et de canonisation de Maman Marguerite vient de débuter (Venerable 2006).




 HOME PAGE   BASILICA MARIA AUSILIATRICE  |  SAN GIOVANNI BOSCO  |  CAPPELLA PINARDI  |

 S. FRANCESCO DI SALES CAMERETTE A.D.M.A. | RIVISTA MARIA A. C. S. D. M.| INFO   VALDOCCO

Visite  Nr.